Album Barré-Verdon

31 juillet 2017

Autres photos

Mars2016a Mars2016b Mars 2016 Janvier 2016 11-3-2016 3-2017-a 3-2017-b 4-2016-Lourdes 4-2016-Lourdes-b 4-2016-Lourdes-c 4-2016 4-2016a 8-2016 8-2016a 10-2016 5-2017 5-2017a 5-2017b 3-7-2017-a 3-7-2017

Posté par albumfamille09 à 22:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Photos de Claude

2003_AnniMichelAlbert0006 2003_AnniMichelAlbert0041 2003_AnniMichelAlbert0044 2004_mariage_stephan 022 2004_LesGALAPIATS 077 2004_LesGALAPIATS 080 2008_IMG_3281 2008_IMG_3289 9-2008_IMG_3290 2009_IMG_5161 2008_IMG_2280 2008-IMG_2281 2008-IMG_2282 S91_12_101 S90H_1602 S90H_1804 S90K_1501 S90K_1602 S90K_1703 S90K_1804 S90K_1901 S90K_2002 S90K_2103 S91_9_1902 S91_9_2003 S91_9_2205 S91_12_1703 S91_12_1804 S91C_2201 S91C_2302 S91C_2504 S93_11_601 S93_11_803 S95B_11A03 S95B_12A04 1990_S90_H1501 1990_S90K_2204 1991_Grpe_petitsenfants+Maman118 1991_S91_9_2104 1991_S91_12_202 1991_S91_12_1501 1993_S93_11_702 2000_M&0_Pique-nique123 2006_DSCN0329 2006_DSCN0330 2006_gpe Mariage Albert121 2006_gpe Mariage Albert121

Posté par albumfamille09 à 22:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Anciennes photos de mariage et retour (Scannées par Claude)

Mariage Joséphine Railler

joséphine railler

 

Mariage Léon Valle, Marie Delessar.

leon valle marie delessar challain

 

Mariage Renou Ferré

photo renou ferré

 

Mariage Tonton Léon

tonton leon

 

Mariage Anna, Marcel Gadbin, juin 1948

anna barré et marcel gadbin-Juin 1948-1

anna barré et marcel gadbin-Juin 1948-2

Anna

 

Mariage Marie-Jo, Albert Barré, octobre 1955

71597171_p

img515

 

Mariage Marie-Madeleine, Pierre Barré, 1958

Pierre_Gpe_Mariage215

 

Mariage Odette, Michel Jomier, 1961

1961_MetOenmariés112

 

Mariage Yvette, Michel Barré, Avril 1965

24Avril1965

Avril1065

img519

 

Autour de Monique et Marc Bouttier ?

MariageMonique-Marc

 

Posté par albumfamille09 à 17:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 juillet 2017

Anciennes photos de groupe (Scannées par Claude)

Souvenir du 11 Juin 1945, Famille du grand-père Renou

Adultes assis devant de gauche à droite, frère et soeur: Sœur Constance, Le père Charles Renou Fernand

2eme rang :Jules Ferré, Marie Thérèse Ferré, enfant ds ses bras, Léon,Marguerite, Alexandre, Charles, Fernande

3ème rang : Un x, Une x,François, Marie-Jo, Germaine Cousin, sa fille Germaine dans ses bras, Victor Cousin, son fils Jacques

9-famille gd père du 11 06 1945

 

Photo "Honneur à Maman", d'après la fille d'Anne Verdon:

Nous pensons que « maman" désigne Célestine femme de Henri Verdon fêtée à cause de sa nombreuse famille (15 enfants)

A droite en arrière : Anna Verdon belle mère de Célestine et ma grand-mère.

2eme rang 2eme en partant de la droite tenant son chapeau : le grand père Henri Verdon beau père de Célestine devant tous les enfants de Célestine

En arrière l’évèque de l’époque Mgr Richou ??

10-famille grand pere

 

Dans la cour de la ferme de Ménil.

12

 

En 1986, devant l'église.

1986_Groupe_devant_église116(80ans)

Posté par albumfamille09 à 22:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 juillet 2017

Photos anciennes 2 (Scannées par Claude)

Motocyclette de Pierre

7e

 

Pierre à l'Armée

8

 

img510

Excursions de Pierre et Anne Barré 1965 (Pic du Jer)

1965_vers2AuPicduGer_La50demémé127

 

Année ?

img508

Posté par albumfamille09 à 17:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 juillet 2017

Photos anciennes 1 (Scannées par Claude)

Anne Gatineau, Veuve Barré et ses 3 enfants: Madeleine, Gustave, Pierre

1-AnneGatineauVveBarré-EnfPierre-Madeleine-Gustave

 

Pierre Barré (service à Saumur dont une partie au Cadre Noir)

2

3

4

 

Mariage Pierre Barré et Anne Verdon

5-MariagePierreBarré-AnnaVerdon1

 

6-MariagePierreBarré-AnnaVerdon2

 

Anna environ 2 ans et les parents

7Anna2ansParents

 

Odette à Saint Aubin, 6 mois (1940)

8-Odette-6mois1940_StAubin

 Parents, Anna, Pierre, Albert, bébé Monique.

9-FamilleAnna,Pierre,Albert,bébéMonique

 

Parents, Pierre, Albert, Anna

10Parents-Barré-Pierre-Albert-Anna

 

 

Communion de Pierre: De gauche à droite: Pierre, Odette, Anna, Monique, Albert.

4F

5F

 

 

Anna, ?, Pierre, Albert, Monique

11

 

 

Groupe à la poule!

2e

 

A la ferme, L'Aumônerie, Ménil.

12Ferme

1957ou_La34demémé125

 

La Grand-Mère

GdMerede

 

 

La Grand-Mère et Monique.

Monique-et-Gd-Mère

Posté par albumfamille09 à 22:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Histoire de Anne Verdon (Mémé Barré), éléments.

Transmis par Claude:

Histoire de Anne Verdon dite Mémé Barré

 

Au cours des années 1986 à 1992, nous avons encouragé Mémé à écrire des morceaux de son histoire et elle avait commencé à le faire. Nicolas, son petit fils, alors âgé d’une dizaine d’année avait proposé de taper les premières pages sur ordinateur. (à l’époque un Apricot 256K de mémoire sans disque dur , avec des disquettes de 3.5pouces.

J’ai ensuite plus récemment (2017) entrepris de reprendre ce fichier et de le compléter à l’aide d’autres papiers manuscrits.

Merci à Nicolas sans lequel ces lignes seraient restées dans l’oubli.

 

Voici donc ce texte, histoire pour les uns de leur mère, pour les autres de leur grand’mère, arrière grand-mère et même pour d’autres arrière-arrière grand’mère.

Il permet de découvrir quelques aspects de sa vie située dans le contexte de la première guerre mondiale.

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

Je suis née le 27 aout 1906 à La Boissière, petit village du département de la Mayenne de 370 habitants.. A ma naissance je refusai de boire et de m’alimenter et très vite la sage-femme décréta qu’hélas je ne survivrai pas. Ma mère m’a souvent raconté qu’à son avis je ne devais ma survie qu’à la Ste Vierge qu’elle a tant priée les premiers jours de ma vie. De désespoir, après quelques jours elle a dit « Sainte Vierge je vous la confie » et c’est à cet instant que j’ai commencé à ouvrir la bouche et à sucer mon doigt.

 

Je reviendrai peut-être sur les souvenirs de mes premières années mais quand je pense à ma jeunesse, l’année qui me vient à l’esprit est 1914. Le 14 Août de cette année la guerre éclatait.

Ce jour là, j’étais aux champs avec mon père pour effeuiller des choux. Vers 16 heures toutes les cloches des communes environnantes commencèrent à sonner le tocsin. J’entends encore mon père me dire : « La guerre est déclarée, rentrons à la maison. »

Dès que nous fumes rentrés, maman lui dit : « Les gendarmes sont venus dire à ton frère de rejoindre la caserne ».

Mon père attela alors la jument à la carriole et conduisit mon oncle à la gare de la Ferrière. L’année suivante mon père partit à son tour et c’est ainsi que maman resta seule avec ses quatre enfants : mon frère Henri, agé de 12 ans, moi-même qui en avait 9, mon second frère Albert et ma sœur Marguerite.

Elle partageait le sort de beaucoup d’autres femmes à la campagne et devait faire face à l’ensemble des travaux que nécessitait une ferme de trente hectares : labourer les terres, faucher les foins … Pour couper les blés mon frère conduisait les chevaux attelés à la faucheuse et ma mère faisait la javelle : de petites gerbes que l’on rangeait sur des liens, coupés avec la faucille très tot le matin pour éviter qu’ils ne cassent. Ces gerbes étaient ensuite regroupées par tas de treize.

Quand tout le blé était coupé on rentrait les gerbes dans l’aire de la ferme dans l’attente du battage. Celui-ci se faisait autour d’un manège avec quatre chevaux qui actionnaient un tambour placé sur la batteuse.

Le tambour séparait le blé de la paille et on secouait ensuite celle-ci avec une fourche pour ramasser le blé qui était conservé à l’abri sous la remise. On le laissait sécher pendant quelques jours puis on le vannait l’aide d’un moulin à vent appelé tarare pour séparer le bon grain de la balle. Il était ensuite mis au grenier.

A intervalles réguliers on emmenait du blé au moulin pour le moudre et obtenir la farine qui nous servait à faire le pain, base de la nourriture de la famille.

Du fait de la guerre beaucoup de choses avaient été réquisitionnées et de nombreuses denrées étaient rares. C’était notamment le cas de l’huile, du café, du sucre, du savon, des allumettes…. Le soir on couvrait les braises avec de la cendre et on rallumait le feu le matin. Le pétrole était rare et on s’éclairait avec des lampes au carbure.

Le soir, à la veillée on fabriquait des corbeilles à l’aide de paille tressée avec des morceaux de ronce fendues en deux longitudinalement. Ces corbeilles me servaient pour la fabrication du pain. C’est là en effet que je mettais la pâte pour qu’elle lève avant de la faire cuire dans le four de brique. Dés l’âge de 14 ans et chaque semaine je faisais ainsi, seule, une fournée de 10 pains de 8 à 9 livres chacun. Chaque dimanche soir je préparai le levain puis des bourrées d’épine pour chauffer le four.

Les divers travaux dont j’avais la charge tels que garder les vaches, épandre des tas de terreau sur l’herbe, que l’on passait ensuite avec une herse faite avec des épines noires pour les réduire en poussière, ne me permettaient malheureusement pas d’aller à l’école.

Je n’y allais que les jours de pluie ou de froid et compte tenu de cela la maitresse ne s’intéressait pas à moi, sauf pour venir balayer la classe le samedi.

Un jour l’énoncé d’un problème était resté marqué au tableau. Je le recopiai rapidement avec l’intention de le faire. En essuyant le bureau je vis la réponse que je notai également : 34250.

De retour à la maison je racontai à maman que j’avais recopié le texte d’un problème resté au tableau et elle me dit : « tu n’arriveras pas à le faire seule ».

Je lui dis si, si vous me laissez un peu de temps.

Après plusieurs tentatives, je trouvais enfin la réponse et étais heureuse : j’allais enfin pouvoir prouver que je n’étais pas plus bête que la moyenne.

La semaine suivante je montrai ce que j’avais fait à la maitresse qui me demanda comment j’avais fait. Je le lui expliquai et elle me dit : « Eh bien ! Si tu venais à l’école tu apprendrais aussi bien que les autres.

Papa étant de retour dans ma 11ème année, je suis allée à l’école jusqu’au 1er mai car il fallait alors quitter l’école pour travailler. Je pleurais car je voulais apprendre à lire, écrire et compter. Pour me consoler mes parents me faisait lire et compter le soir, puis, le dimanche après les vêpres j’écrivais.

En 1921 il y eut la sécheresse et tous les puits et la mare étaient à sec. Je me souviens que, avec deux seaux en fer de 16 litres chacun que je maintenais avec un serre seau pour que cela soit plus facile à porter, j’allais à travers champs et par un chemin cahoteux chercher de l’eau à un kilomètre environ.Cette eau servait pour boire, faire la cuisine et faire le pain. Les chevaux et les vaches allaient boire à un ruisseau et avaient 1500 mètres pour faire le tour.

Pour les cochons, les petits veaux et les volailles on avait creusé dans le roc un petit trou qui donnait tente litres d’eau tous les matins. Il faisait très chaud et on ne pouvait pas sortir dehors avant trois heures de l’après midi.

Avec une barrique sur un tombereau, on allait chercher de l’eau au ruisseau pour faire la lessive et se laver.

Pour faire la lessive, on mettait des cendres dans un sac que l’on déposait dans une cuve en bois que l’on remplissait d’eau bouillante. On remuait à l’aide d’un bâton, le sac de cendre , puis ajoutions un bouquet de laurier pour parfumer l’eau et y mettions le linge à tremper pendant 24 heures. On brossait ensuite le linge avant de le faire bouillir avec du savon émincé dans une chaudière d’eau.

On emmenait le linge dans des bacquets en bois pour le rincer dans le ruisseau. Dans la dernière eau on mettait des boules de bleu-azur que l’on faisait dissoudre pour blanchir le linge.

Pour le faire sécher on l’étendait sur des haies taillées ou sur des herbes hautes. On le laissait le soir pour que la rosée de la nuit pénètre les fibres rendant le linge plus blanc. Sec on l’étirait sur une table pour le plier et le ranger.

Début novembre on mettait le blé d’hiver en terre, on faisait le ramassage des topinambours pour les chevaux (travail peu agréable), on rentrait le bois, on abattait la rame des souches que l’on rangeait en ligne pour faire des fagots. On mettait des épines en paquet pour chauffer le four. Les souches étaient coupées en billes au moyen d’une scie Godendard, chacun tirant de son coté. On fendait les buches avec une masse de bois et des coins pour les bruler dans la cheminée l’hiver.

En janvier on ramassait des cailloux dans les champs de trèfles ou de minette, on les mettait en tas pour les emmener avec le tombereau et les étendre sur les chemins pour boucher les ornières. On les aplatissait ensuite avec un rouleau en bois.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

Puis une série d’annotations aide mémoire pour autant de paragraphes qu’elle n’a pas rédigée.

Aout 39, la guerre de 40, papa (son mari pierre Barré) et le voisin, avril et la naissance d’Odette, le fascicule (mobilisation) parti à Tours, l’exode, les réfugiés venant de l’est, Segré bombardé,

Le 19 au matin le baron de la ferrière fut prévenu de l’arrivée des Allemands par un avion survolant et jetant des tracts. Papa dit « sauvons nous » et nous partîmes nous cacher dans un chemin avec des voisins. L’après midi ils sont revenus faire un tour du coté des bâtiments.

40 à 44 Segré libéré, les tickets de rationnement, la fabrication du savon avec de la soude caustique, du saindoux et des feuilles de lierre.

22 juin 48 mariage Annick 49 Marcel 58 électrécité 1953 (année modifiée elle avait mis 51) , lieuse pour le blé 1943, le tracteur en 1949, la moissonneuse en 1955, la machine à laver vers 59-60.

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

Un retour sur les premières années de ma vie.

A ma naissance je pesais à peine trois livres (1.5kg). La sage-femme dit à mes parents : « Elle ne va pas vivre. Il faut la faire baptiser ». Elle m’enveloppa dans de la ouate, puis mit des bouillottes pour me réchauffer, mais pas de signe de vie, pas de cris, des yeux fermés .

Maman me passait sur les lèvres un tampon de ouate imbibé d’eau.

Le 8ème jour, désespérée, maman me prit dans ses mains et fit cette prière : « Sainte Marie, prenez mon enfant ou faites qu’elle vive. Si elle vit nous la conduirons au sanctuaire le plus proche dès que l’on pourra.

Au même instant j’ai entrouvert les yeux puis poussé un petit cri plaintif. Aussitôt maman porta à mes lèvres une cuillerée d’eau sucrée puis du bouillon de légumes léger car le lait ne restait pas.

Ainsi mise sous la protection de la Sainte Vierge, avec confiance, courage et force, j’avais 4 ans environ lorsque mes parents m’ont conduit à la chapelle du chêne, avec la jument attelée à la carriole qui était à découvert. J’étais enveloppée dans une couverture. On s’est arrété à Sablé pour prendre un café puis nous sommes arrivés à la Chapelle du chêne sur la place de la basilique. On admira la statue de la vierge puis entrerent pour monter jusqu’en haut.

Maman me fit mettre à genoux sur la première marche de l’autel et me dit : « regardes la sainte vierge qui est la haut, fais le signe de la croix et dis lui merci. C’est grace à elle si tu es ici. J’ai fait et dit ce qu’elle me disait en regardant la statue toute illuminée. Maman pleurait de joie en disant merci et en demandant à la sainte vierge de continuer de me protéger.

Nous avons été manger à Vion. Papa avait mis un balot de foin pour la jument et un peu d’avoine qu’il a mis dans sa casquette et que la jument a mangé ainsi. Puis nous sommes rentrés tout joyeux d’avoir pu réaliser la belle promesse. C’est un souvenir inoubliable. Merci Ste Vierge.

Posté par albumfamille09 à 21:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

90 ans d'Anna Gadbin, Juillet 2017

Quelques photos:

P1060313

DSCN4761

DSCN4763

DSCN4764

DSCN4765

P1060527

P1060534

P1060540

 

D'autres photos en diaporama:

(voir aussi Album à droite, merci aux photographes: Odette, Yvette, Edith, Claude)

P1060282 P1060285 P1060296 P1060298 P1060299 P1060300 P1060301 P1060302 P1060303 P1060304 P1060305 P1060306 P1060307 P1060308 P1060309 P1060310 P1060312 P1060313 P1060315 P1060323 P1060328 P1060336 P1060338 P1060339 P1060341 P1060345 P1060346 P1060347 P1060348 P1060350 P1060351 P1060353 P1060354 P1060355 P1060356 P1060375 P1060377 P1060378 P1060388 P1060413 P1060414 P1060415 P1060421 P1060427 P1060431 P1060433 P1060438 P1060439 P1060455 P1060458 P1060462 P1060468 P1060470 P1060473 P1060476 P1060478 P1060481 P1060490 P1060495 P1060496 P1060498 P1060500 P1060503 P1060515 P1060516 P1060517 P1060518 P1060519 P1060523 P1060524 P1060525 P1060527 P1060528 P1060529 P1060531 P1060532 P1060533 P1060534 P1060535 P1060538 P1060539 P1060540 DSCN4735 DSCN4736 DSCN4737 DSCN4738 DSCN4742 DSCN4741 DSCN4743 DSCN4747 DSCN4748 DSCN4751 DSCN4753 DSCN4755 DSCN4756 DSCN4757 DSCN4758 DSCN4761 DSCN4763 DSCN4764 DSCN4765

Les derniers commentaires

Autres albums photos

Posté par albumfamille09 à 21:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :